Imprimer
Catégorie : Mes lectures
Affichages : 14437
1 1 1 1 1 100%/5 (7 Votes)

visage de Dieu - Bogdanov - édition grassetpensée de Dieu - Bogdanov - éditions GrassetLes frères Bogdanov ont l'art de mettre la science à la portée du grand public.  à lire urgemment !

Les titres de leur livres peuvent être perçus comme provocateurs, mais pourtant ils sont portés non pas par les frères Bogdanov eux même mais des scientifiques de renom à la pointe des connaissances cosmologiques et mathématiques dont Igor et Griscka Bogdanov nous relatent l'histoire avec beaucoup d'enthousiasme.

Si vous avez délaissé ces livres parce que vous avez été influencé par la polémique suite à un rapport du CNRS très médiatisé de leur livre "Le visage de Dieu"  alors sachez que l'on vous a égaré !...

En effet le rapport du CNRS concernait à piori les propositions de réponses des frères Bogdanov à certaines questions en suspens actuelles. Ces propositions étant présentées dans une 2ème petite partie du livre ! et n'ont pas de lien direct avec le titre ! la première et majeure partie du livre retraçant l'histoire de la découverte et acceptation à rebondissement par le monde scientifique du big bang.

Je précise à ceux qui ne l'ont pas lu que la préface du livre "le visage de Dieu" est tout de même écrite par Robert Wilson prix Nobel de Physique 1978...!

Peut-être ce livre gène-t-il plus d'un ? parce qu'il a le mérite de montrer au grand jour que le monde scientifique est parfois loin d'être impartial ! de dévoiler encore que des scientifiques de renoms sont enthousiasmés par notre univers et ses origines et ne sont pas convaincus de n'y voir que du hasard...

Le visage de Dieu :

Toute la première partie (bien plus longue) est en fait l'histoire rebondissante de la découverte que l'univers est en expansion et du fameux big bang et de l'acceptation combien difficile de cette réalité scientifique par le monde scientifique d'il y a moins d'1 siècle (y compris par  Einstein) !  
Vient s'y adjoindre bons nombres d'informations époustouflantes sur la connaissance de notre univers...
avec en filigramme, la présentation que contrairement à ce que plus d'un veulent faire croire au grand public (encore aujourd'hui!) le hasard n'est pas la réponse unique et évidente à notre univers. Bien au contraire : force est de constater qu'il est totalement justifié de s'enthousiasmer sur les particularités frappantes (constantes, ...) qui amène à se questionner sur l'intelligence se cachant derrière ces constats.

Il ne donne pas LA réponse. Aujourd'hui il n'y en a pas de scientifique. Le choix de la réponse est un question de choix, de FOI de chacun. Pour ma part j'ai fait mon choix. Dans tous les cas, il faut beaucoup de foi pour être croyant mais comme titrait un livre "il faut [aussi] beaucoup de foi pour être athé" !  et çà j'ai parfois l'impression que peu d'athés savent avoir l'honnêteté de le reconnaitre...*

1936 :  Einstein répond à un enfant qui lui demande s’il croit en Dieu : « tous ceux qui sont sérieusement impliqués dans la science finiront un jour par comprendre qu’un esprit se manifeste dans les lois de l’Univers, un esprit immensément supérieur à celui de l’homme ».

La pensée de Dieu :

C'est réaliser que tout est nombre. Que l'on trouve dans les mathématiques un langage incroyable décrivant notre monde,  notre terre, nous même et notre univers.

Que ce langage semble être universel et peut être naturellement incroyable chez le plus simple d'entre nous comme cet indien Ramanujan sans études approfondies qui pourtant va dépasser les plus grand mathématiciens y compris de son époque et qui ne cessera de dire "une équation pour moi n'a de sens que si elle exprime la pensée de Dieu".

Que les mathématiques pour de grands mathématiciens tels que Hilbert, Minkowski ont en leur sain une frappante "harmonie préétablie" qui semble laisser à nouveau bien peu de place au hasard...

 

* remarque: il ne faut pas confondre être athé (ne pas croire qu'il puisse y avoir un Dieu.... et donc décider que tout le prouve)  et être agnostique (ne pas avoir d'avis tranché sur la question car sans démonstration ni de l'un ni de l'autre).

 


 

23 avril 1992 WDC George SMOOT. Satellite COBE. Photographie de l’Univers primordial en taches rouges, jaunes et bleues.  Plus de 13Milliards d’année : rayonnement archaïque. « Pour les esprit religieux c’est comme voir le visage de Dieu »

Rayonnement fossile (nom de la 1ère lumière) : découvert (démontré) en 1964 mais jusqu’en 1992 on savait peu de chose.

En 2000 nouveau satellite WMPA

P 32 : Robert Wilson « sidérant dans ce rayonnement du début des temps c’est sa régularité qui tient du miracle : la température du fond ne dévie que d’une infime fraction de degré sur 100 000. »

En 1922  Alexander Friedmann publie dans une revue et dans son unique ouvrage publié en 1923.

« L’univers a connu un commencement, des milliards d’années dans le passé. Pire encore à cet instant originel il était contracté en un point de volume nul puis à partir de ce point il a augmenté de rayon.

Einstein réfute.

En 1931 Hubble et Humanson mette Einstein devant le fait accompli : l’univers est en expansion. Einstein est convaincu.

Ils ont des images spectrales sans appel : loin d’être fixées, les galaxies se déplacent les unes par rapport aux autres à des vitesses vertigineuses.

La singularité initiale : point à l’origine de l’univers résulte d’une démonstration mathématique des plus sérieuse (Stephen Hawkings et Roger Penrose).

P164

Si les conditions initiales – au moment même du big bang – et aujourd’hui la valeur de ce qu’on appelle « les constantes fondamentales » avaient été un tant soit peu différentes l’homme, la vie et l’Univers lui-même ne seraient jamais apparus.  A priori ni la Terre ni l’homme ne sont au centre de l’immense Univers. Et pourtant tout semble « ajusté » comme si le cosmos entier, de l’atome à l’étoile, avait exactement les propriétés requises pour que l’homme puisse y faire son apparition.

Exemple : la force nucléaire forte.

Stephen Hawking : « si la force nucléaire forte était de 2% plus élevé qu’elle ne l’est, la fusion de l’hydrogène deviendrait impossible. = obstacle à l’existence de vie similaire à celle qu’on observe sur Terre. »

Si 1 seconde après le big bang le taux d’expansion de l’Univers avait été plus lent ne serait-ce que de 1 sur un milliard, le cosmos naissant se serait effondré sur lui-même bien avant d’avoir atteint sa taille actuelle. A l’inverse, un Big Bang un tant soit peu plus rapide et les étoiles n’auraient jamais vu le jour.

P167 :

WMPA confirme d’une manière saisissante et avec une incroyable précision le scénario des toutes premières années de vie de l’univers ; un scénario qui établit une fois pour toutes l’extraordinaire rigueur du réglage des conditions initiales.

1936 :  Einstein répond à un enfant qui lui demande s’il croit en Dieu.

« tous ceux qui sont sérieusement impliqués dans la science finiront un jour par comprendre qu’un esprit se manifeste dans les lois de l’Univers, un esprit immensément supérieur à celui de l’homme ».